Membre de PhilosoField : Maud Benetreau

Je suis en première année de doctorat, pour une thèse dont l’intitulé provisoire est : « Attendre un enfant. Rencontre entre anthropologie philosophique et philosophie de terrain ». Je travaille sous la direction de Pascal Sévérac (UPEC — LIS EA 4395), et ma thèse est également encadrée par Julie Henry (ENS de Lyon — Triangle UMR 5206).

Comment j’en suis venue à faire du terrain

En troisième année de licence, j’ai participé avec Margaux Dubar au séminaire « Le Terrain des philosophes », organisé à l’École Normale Supérieure de Lyon par Samuel Lézé et Julie Henry. Ce séminaire était destiné à former les étudiants en sciences humaines à l’enquête anthropologique. Dans ce cadre, j’ai pu faire un court stage d’observation au service de réanimation de l’Hôpital de la Croix-Rousse (Lyon), auprès d’une équipe d’internes en médecine, et du médecin anesthésiste-réanimateur et docteur en éthique Serge Duperret.
Je ne faisais pas de travail de recherche en licence, c’était donc un stage exploratoire. Mais j’ai pu découvrir ce que pouvait être une enquête de terrain depuis une perspective philosophique, et les résultats de cette enquête m’ont donné l’idée d’un sujet pour le mémoire de l’année suivante.

En première année de master, mon travail de mémoire a donc consisté à rapprocher l’affect de tristesse chez Spinoza, qui est défini au début de la deuxième partie de l’Éthique, comme une diminution de la puissance d’agir, de la façon dont on peut vivre une maladie, sans nécessairement tomber dans la spirale des affects tristes que décrit Deleuze dans ses ouvrages sur Spinoza.
Pour ce travail, qui était dirigé par Delphine Antoine-Mahut et Samuel Lézé, je suis allée dans trois services hospitaliers : au service de réanimation de l’Hôpital de la Croix-Rousse, au Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, et à l’Hôpital neurologique.
Pour moi, il s’agissait de mettre à l’épreuve la lecture que Deleuze proposait de la tristesse chez Spinoza, en la confrontant à une enquête anthropologique, faite d’observations et d’entretiens.
Or, ce rapprochement entre l’affect de tristesse et l’expérience de la maladie a permis d’ouvrir des perspectives théoriques, en pensant de nouveaux modèles pour mettre en rapport la tristesse et la joie, des perspectives pratiques, en ouvrant la possibilité d’une joie à même la maladie, mais aussi des perspectives méthodologiques, avec la création d’une médiation philosophique par ce travail de terrain qui m’a permis de relire Spinoza d’une autre manière que celle de Deleuze.

Ce premier essai pour rapprocher les textes de Spinoza d’une enquête de terrain s’est poursuivi en deuxième année de master. Pour un second mémoire, que j’ai fait sous la direction de Julie Henry, je suis partie d’un problème spinoziste qu’il est possible de formuler ainsi : qu’est-ce que rencontrer une chose extérieure pour un individu de telle sorte qu’elle l’affecte, c’est-à-dire qu’elle participe à la constitution de son être et de son existence individuelle, dans et par un devenir affectif ?
Il me semblait que poser ce problème à un cas particulier permettait de le travailler dans ses implications anthropologiques, non pas au sens de la discipline « anthropologie » cette fois, mais au sens où les textes de Spinoza sur le corps, l’imagination et les passions peuvent être lus comme une anthropologie philosophique. C’est pourquoi je me suis demandée ce que c’était, dans une perspective spinoziste, que devenir mère. Je suis donc allée en maternité pour faire des entretiens avec des femmes enceintes et des femmes qui venaient d’accoucher.
Ce terrain m’a amenée à revenir largement sur mon problème de départ, et notamment à travailler ce que j’ai pu appelé « devenir affectif » non plus comme le passage d’un état à un autre, mais comme une mise en relation de deux termes au cours d’un processus, ce que je vais reprendre pour ma thèse.

Quel rôle joue le terrain pour ma thèse en philosophie

Pour ma thèse, je ne suis pas partie des textes de Spinoza, mais de l’expression « attendre un enfant » et de ses formulations actuelles, notamment en termes de projet d’enfant : « projet parental » dans les textes de loi qui régissent la procréation médicalement assistée, « projet de naissance » pour les autorités médicales, ou encore « projet parental » pour une analyse sociologique comme celle de Luc Boltanski.
Il s’agit pour moi de faire une analyse critique de ces expressions, en distinguant notamment entre une conception volontariste du « projet » et un concept de « projet » qui laisse une place à l’inattendu.

Pour faire cette analyse critique, j’ai opéré un premier déplacement : je me suis demandé quel sens pouvaient prendre ces expressions dans un contexte spinoziste, c’est-à-dire, comment les interpréter avec les textes de Spinoza qui portent sur le corps, sur l’imagination et sur les passions ? Je suis actuellement en train de travailler sur ces textes, un peu comme on affûte ses outils avant de les mettre en œuvre. Quand j’aurai commencé mon stage de terrain, qui est prévu pour le printemps, je pourrai opérer un second déplacement, qui consistera à faire des concepts de Spinoza des instruments de compréhension pour un champ de recherche qui n’est pas le sien : les façons dont les personnes attendent un enfant aujourd’hui.

Si j’amène l’anthropologie spinoziste et une enquête de terrain en maternité à se rencontrer, il ne s’agit pas de dire, de façon anachronique, ce que Spinoza aurait pensé des expressions « attendre un enfant » ou « projet d’enfant », mais de mobiliser ses concepts comme des instruments pour proposer une certaine compréhension du terrain. Mais il ne s’agit pas non plus d’analyser le terrain selon une grille de lecture spinoziste qui serait élaborée par ailleurs, et qui s’appliquerait, de l’extérieur, à une réalité qui lui est étrangère : en effet, les observations et les entretiens que je pourrai faire en maternité permettront sans doute de revenir sur les textes de Spinoza, et, sans prétendre renouveler l’interprétation des textes de Spinoza, je pense que la rencontre avec un terrain permettra d’en proposer une nouvelle lecture.

Ce que j’attends du projet junior Philoso Field

Ce que j’attends du projet junior Philoso Field, c’est de pouvoir échanger dans ce que nous avons appelé une « communauté de recherche », une expression qui n’est pas seulement un mot-clef, mais qui indique deux dimensions du projet junior qui sont importantes à mes yeux :
 – pouvoir se rassembler avec d’autres personnes qui ont en commun cet intérêt philosophique pour le terrain, et cette idée qu’il est important d’y réfléchir ensemble, quand bien même nos recherches soient — et doivent rester — très différentes ;
– pouvoir échanger avec d’autres personnes qui ont des idées auxquelles je n’aurais pas pensé : certaines ne sont pas les miennes, mais elles me permettent de me situer dans ce champ de recherche, et d’autres m’inspirent pour ma propre réflexion méthodologique en philosophie de terrain.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.