Prochaine séance du séminaire le 30 juin : « Histoire de la philosophie et philosophie de terrain : à la recherche d’un terrain de rencontre »

Le Projet Junior PhilosoField vous invite à son séminaire « Du terrain en philosophie », dont la 6ème séance, en partenariat avec l’Université Paris Est Créteil et le laboratoire Lettres, Idées, Savoirs (LIS), s’intitule :

« Histoire de la philosophie et philosophie de terrain : à la recherche d’un terrain de rencontre »

Le mercredi 30 juin 2021, de 10h à 13h

À l’Université Paris Est Créteil

Amphithéâtre de la Maison de l’Innovation et de l’Entrepreneuriat Étudiant

Campus mail des Mèches – UPEC Rue Poëte et Sellier – 94000 Créteil

Métro : L8 – Créteil Université

Et par visioconférence 

Se confronter à un terrain d’enquête avec une formation en philosophie pour bagage peut amener à ce que des auteurs, notions et textes classiques en philosophie rencontrent des questions, problèmes et objets contemporains. C’est à cette démarche, aux questions qu’elle pose, et aux pistes qu’elle ouvre que nous allons consacrer cette séance. Pourquoi aller chercher des auteurs classiques en philosophie pour travailler des objets contemporains ? Extraire des textes et des notions philosophiques de leur contexte historique pour les appliquer à des questions contemporaines peut surprendre, et même inquiéter. En plus du risque d’anachronisme, la pertinence du recours à d’anciens éléments pour saisir des enjeux actuels ne peut qu’être interrogée. À quelles conditions est-il possible de faire ce rapprochement sans imposer un appareil conceptuel extérieur à un terrain qui lui est tout à fait étranger ? Dans quelle mesure le recours à des éléments de l’histoire de la philosophie permet-il de mettre en perspective des questions contemporaines ? À la recherche d’un terrain de rencontre entre histoire de la philosophie et philosophie de terrain, nous nous demanderons pourquoi et comment opérer un rapprochement entre des corpus philosophiques anciens et des enquêtes sur des terrains contemporains.

Pour réfléchir ensemble à ces questions, nous accueillerons deux intervenantes :

Marie Coasne: « La phronésis aristotélicienne peut-elle éclairer de nouvelles pratiques philosophiques éducatives ? »

Marie Coasne, est doctorante en philosophie à l’Université Paris Est Créteil (UPEC) et membre du laboratoire Lettres, Idées, Savoirs (EA 4395). Initié en octobre 2019 sous la direction de Pascal Sévérac, son projet doctoral dédié à l’éducation philosophique est soutenu par le dispositif CIFRE en partenariat avec la Mairie de Romainville pour laquelle elle expérimente des pratiques philosophiques éducatives.

– Maud Benetreau : « Avec Spinoza, penser l’attente d’un enfant »

Maud Benetreau, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de philosophie, est doctorante-contractuelle en philosophie à l’Université Paris Est Créteil et chargée de cours à l’École Normale Supérieure de Lyon. Elle est membre du laboratoire Lettres, Idées, Savoirs et du Projet junior « PhilosoField ». Sa thèse, qui se poursuit depuis septembre 2019 sous la direction de Pascal Sévérac et l’encadrement de Julie Henry, s’intitule : « Attendre un enfant. Rencontre entre anthropologie spinoziste et philosophie de terrain ».

Pour rappel : porté par une équipe de six doctorant.e.s, composée d’étudiant.e.s de l’Université Jean Moulin Lyon 3, de l’Université Paris Est Créteil, de l’Université de Picardie Jules Verne et de l’Université de Genève, le projet PhilosoField est un programme de recherche de 2 ans qui vise à constituer une communauté de recherche autour de la question du « terrain » en philosophie. Nous bénéficions du soutien du Service Général de la Recherche de Lyon 3, de l’IRPhiL, de l’ED de philosophie « Histoire, Création, Représentation » et de la Chaire Valeurs du soin.

L’inscription est obligatoire pour assister au séminaire :

en présence : en écrivant à philosofield@gmail.com.

– à distance : via le formulaire disponible à cette adresse : https://u-picardie-fr.zoom.us/meeting/register/tZEud-6rqzkuH9QvEweoyJ0kQ9mE0Q1JWMFp. Vous recevrez ensuite le lien de connexion.

Des attestations seront disponibles pour valider des crédits de formation doctorale. 

Pour toute question, vous pouvez nous écrire à cette adresse : philosofield@gmail.com.

Colloque « Philosophie et terrain : nouveaux aspects de la recherche en philosophie » (U. Picardie Jules Verne), 15-16 juin 2021, en visioconférence

L’équipe du projet junior PhilosoField a le plaisir de vous annoncer la tenue d’un colloque organisé par le laboratoire CURAPP-ESS (Université de Picardie Jules Verne) en partenariat avec PhilosoField :

« Philosophie et terrain : nouveaux aspects de la recherche en philosophie »

Le mardi 15 et le mercredi 16 juin 2021, en visioconférence !

Organisé par Layla Raïd, Christophe Al-Saleh et Marion Bérard, en partenariat avec PhilosoField.

Nous écouterons des communications de : Marie Gaille, Bertrand Geay, María Grace Salamanca, Anaïs Choulet-Vallet, Mathias Girel, Emmanuel Nardon, Yves Érard, Jean-Philippe Pierron et Miranda Boldrini, ainsi qu’un atelier présentant le projet junior PhilosoField.

Le programme complet peut être téléchargé ici :

Pour y assister, inscrivez-vous en envoyant un mail à : marion.berard (arobase) u-picardie (point) fr. Vous recevrez ensuite le lien de connexion quelques jours avant le colloque.

PhilosoField

On observe depuis quelques années une nouvelle tendance en philosophie : les travaux de recherche mobilisent de plus en plus, d’une manière ou d’une autre, l’enquête de terrain. Cette pratique est empruntée aux sciences humaines et sociales pour être mise en œuvre dans divers domaines parmi les plus dynamiques en philosophie contemporaine – à commencer par la santé, l’écologie ou les pratiques culturelles.

Ce n’est pas seulement que la philosophie se donne de nouveaux objets, mais bien plutôt qu’on rencontre le philosophe, dans sa pratique professionnelle et scientifique, dans des lieux où jusqu’alors, nous étions peu habitués à le trouver. Plus familier des bibliothèques et des salles de classe, il investit aujourd’hui volontiers des hôpitaux, des comités éthiques, des sphères politiques, des camps de personnes migrantes, des fermes, des jardins, des usines, etc.

L’interrogation philosophique a alors partie liée avec un « terrain », qui vient l’enrichir et la réorienter, ou même depuis lequel elle vient à émerger. S’opère manifestement une remise en cause d’une certaine division du travail, prépondérante jusqu’alors dans le champ scientifique, entre d’une part la production de données et d’autre part la théorisation par concepts.

On peut certes valoriser, au sein de la tradition, des philosophes qui ne cessent de travailler un sol concret, de s’ancrer dans une expérience commune : d’Épicure à Simone Weil, en passant par Diderot, Tocqueville et Marx, ce courant de pensée dépasse l’opposition entre les catégories empiristes et  idéalistes, et traverse toute l’histoire de la philosophie.

Toutefois, il faut garder à l’esprit que l’idée d’une « philosophie de terrain » sonne bien a priori comme un oxymore, étant donné que les disciplines de terrain que sont les sciences humaines et sociales se sont historiquement fondées en rupture avec l’abstraction de la philosophie, à la suite de Durkheim, Bourdieu, et Lévi-Strauss notamment.

On peut dès lors se demander comment les philosophes qui mettent en œuvre une enquête de terrain au sein de leurs travaux, tout en revendiquant leur appartenance à la discipline philosophique, qualifient leur démarche :

  1. Comment définissent-ils leur rapport au terrain ?
  2. Quels usages font-ils de l’enquête qualitative ?
  3. Quelles méthodes et outils adoptent-t-ils ?

Aussi notre projet se donne-t-il les objectifs suivants :

  1. Intégrer la diversité des objets d’enquête et des problèmes soulevés dans une réflexion méthodologique pluraliste.
  2. Faire émerger des synergies communes par le partage d’expériences issues d’horizons disciplinaires et thématiques variés.
  3. Former à la recherche par une réflexion méthodologique commune qui rompe la solitude des jeunes chercheur·euse·s en philosophie, par un véritable travail d’équipe et une dynamique collaborative au sein d’une communauté de recherche.
  4. Créer des liens et des collaborations pluridisciplinaires autour des questions de l’enquête du terrain et de la place comme de la fonction des chercheur·euse·s dans le monde non-académique.
  5. Expliciter d’un point de vue pragmatique, éthique et politique, ce que peut apporter la philosophie de terrain lorsqu’elle se met à l’écoute des praticien·ne·s et des acteur·trice·s des terrains.

Colloque « Philosophie, éducation supérieure et transition écologique : terrains de métamorphoses » les 23-24/04/21

L’équipe de PhilosoField a le plaisir de vous inviter au colloque qu’elle organise en partenariat avec le Campus de la Transition :

« Philosophie, éducation supérieure et transition écologique : terrains de métamorphoses »

en visio-conférence, le vendredi 23 (9h-17h) et le samedi 24 avril 2021 (9h-12h30)

Nous écouterons des interventions de : Cécile Renouard, Rémi Beau, Florence Drouet, Catherine Larrère, Patrick Degeorges, Jean-Philippe Pierron, Alexandre Monnin, Fabrice Flipo et Layla Raïd.

Porté par une équipe de six doctorant.e.s, composée d’étudiant.es de l’Université Jean Moulin Lyon III, de l’Université Paris Est Créteil, de l’Université de Picardie Jules Verne et de l’Université de Genève, le projet PhilosoField (https://philosofield.hypotheses.org/) vise à constituer une communauté de recherche internationale autour de la question du « terrain » en philosophie. En plus d’un séminaire régulier invitant de jeunes chercheurs et chercheuses à échanger sur les enjeux méthodologiques et politiques de la philosophie de terrain, nous organisons des grandes manifestations thématiques, ouvertes aux praticien.ne.s et acteur.rice.s de terrain, dans les lieux où ont émergé ces problématiques (hôpitaux, musées, territoires en transition écologique).

C’est sur les lieux du Campus de la Transition, au domaine de Forges, que devait initialement se dérouler cette première manifestation thématique. Le Campus de la Transition (https://campus-transition.org/) est une institution pionnière dans la proposition d’une offre de formation supérieure et professionnelle qui place au centre de ses préoccupations les métamorphoses exigées par l’urgence écologique. Lors de ce colloque, nous interrogerons les initiatives de terrains qui apparaissent en de nombreux lieux en France et la façon dont elles reconfigurent, en particulier, la pratique et l’enseignement de la philosophie. Les questions méthodologiques, éthiques et politiques de ces nouvelles pratiques de recherche et d’enseignement seront au cœur des interventions proposées.

Nous espérons que cette version adaptée pour la visioconférence n’en sera que plus accessible pour ceux et celles qui n’auraient pas pu se rendre sur place.

Vous trouverez le programme complet à la fin de ce message ainsi qu’en pièce jointe.

Pour y assister, inscrivez-vous en cliquant sur ce lien :

https://unige.zoom.us/meeting/register/tJwkc-GspzwtHN3TQnHuv9quUXMKJUnbEAKu

Après votre inscription, vous recevrez un e-mail de confirmation contenant les instructions pour rejoindre la réunion.

Pour toute question ou pour connaître les prochaines dates de notre séminaire, écrivez-nous à : philosofield@gmail.com

N’hésitez pas à diffuser cette invitation autour de vous.

Au plaisir de vous y retrouver !

L’équipe PhilosoField : Maud Benetreau, Marion Bérard, Brenda Bogaert, Damien Delorme, Margaux Dubar et Fanny Wiard.

Programme

Vendredi 23 avril

9h-9h15 : Introduction par les équipes de PhilosoField et du Campus de la Transition.

Partie 1 : La philosophie au défi de la transition écologique

9h15-10h : Cécile Renouard (Centre Sèvres, Campus de la Transition), Philosopher dans un projet interdisciplinaire (FORTES) : 1. terrains économique, fictionnel et spirituel.

10h-10h45 : Rémi Beau (CNRS, IEES-Paris), Philosopher dans un projet interdisciplinaire (FORTES) : 2. terrains éthique, épistémologique et politique.

Pause : 10h45-11h15

11h15-12h00 : Florence Drouet (Campus de la Transition), La dynamique de Recherche-Action au Campus de la Transition

Pause : 12h-14h

Partie 2 : Des enjeux épistémologiques aux métamorphoses institutionnelles

14h-14h45 : Catherine Larrère (Université Paris 1), Philosophie de l’environnement : Interdisciplinarité ou philosophie de terrain ?

14h45-15h30 : Patrick Degeorges (École urbaine de Lyon, Institut Michel Serres), Que signifie être un « philosophe praticien » en Anthropocène ? Rediriger et accompagner la transition des territoires, des entreprises et des institutions.

Pause : 15h30-16h

16h-16h45 : Jean-Philippe Pierron (Université de Bourgogne), La place de la philosophie de terrain et de quelques problèmes posés par son institution.

16h30-17h : Discussion

Samedi 24 avril 

9h-9h15 : Introduction

Partie 3 : En quête d’empiricité face à l’Anthropocène

9h15-10h : Fabrice Flipo (Institut Mines-Télécom BS), Philosopher par gros temps. Un partage d’expérience

10h-10h45 : Alexandre Monnin (ESC Clermont), Défense et illustration de la « philosophie empirique » : du numérique à l’Anthropocène

Pause 10h45-11h15

11h15-12h : Layla Raïd (Université de Picardie), Célébrer la puissance du lieu : Bachelard et Plumwood

12h-12h30 : Conclusion

Voici également le programme en pièce-jointe :

Le consentement dans le soin : si on osait tâter le terrain ?

Retour sur la 5ème séance du séminaire « Du terrain en philosophie »

organisée par le Projet Junior PhilosoField

le mercredi 24 février 2021, de 10h à 13h, en visioconférence

Introduction :

Pour qui s’intéresse un minimum aux débats contemporains comme aux affaires qui défrayent la chronique, la notion de consentement évoque d’abord le mouvement #MeToo, soit la libération de la parole des victimes de viol initiée dès 2017 avec l’affaire Weinstein, et qui trouve un nouvel écho ou une nouvelle variante en France récemment avec la parution du livre de Camille Kouchner, La Familia grande. La problématique spécifique de l’inceste suppose de réfléchir moins aux modalités du respect du consentement d’une personne qui subit la rapport de force, qu’à la mise en place d’un seuil d’âge en dessous duquel il n’est même pas possible de le lui prêter. Mais on peut parler plus globalement d’une crise des accords tacites intrasociaux et interpersonnels, liés aux remaniements identitaires de l’espace commun, aux bouleversements intimes que chacun·e vit comme à l’évolution de notre conception collective de la responsabilité. Outre les consentements affectifs et sexuels, cette crise concerne aussi, quoique de façon peut-être moins aigue ou moins médiatique, les consentements juridiques, commerciaux et médicaux.

En particulier, les débuts difficiles de la campagne vaccinale française contre le Covid-19 auprès des résident·e·s en EHPAD ont révélé, dans l’actualité, les complications du recueil de consentement aux soins dans le cas de personnes vulnérables, et dont l’autonomie pose problème. Or dans le domaine de la santé, c’est par définition qu’on a affaire à des relations de pouvoir, et c’est même en quelque sorte pour compenser ce déséquilibre du rapport de force qu’on recueille le consentement : typiquement, on devient un patient·e quand on a un problème de santé, quand son intégrité physique ou psychique est menacée, et qu’on rentre en relation avec un·e praticien·ne ou un système de soin pour requérir, ses compétences scientifiques et techniques, soit un diagnostic ou une thérapeutique. L’enquête de terrain en milieu médical révèle de manière frappante la posture de dépendance dans laquelle se trouve celles et ceux qu’on « prend en charge », pour reprendre l’expression consacrée, et qui semble partie prenante d’un système hiérarchique très lourd, qui surprend beaucoup les chercheur·se·s qui s’y trouvent nouvellement immergé·e·s.

On a donc voulu réinterroger, au cours d’une réflexion à la fois pragmatique et critique, la notion de consentement telle qu’elle intervient dans le domaine de la santé, en valorisant la spécificité des approches philosophiques et sociologiques. L’avantage d’aborder la problématique du consentement médical dans le cadre du terrain, c’est qu’à travers une grande diversité d’approches, la relation de soin peut être considérée comme une sorte d’unité normative pour toute relation humaine, en ce qu’elle recèle une puissance pour penser le monde actuel dans ses dimensions techniques, relationnelles, morales, institutionnelles et sociales. En somme, on touche encore mieux au cœur du problème à la faveur de ce qui apparaissait d’abord comme un décentrement, par rapport à ce s’impose dans l’actualité comme le sujet brûlant. Nous avons formulé trois questions pour orienter notre réflexion au cours de cette séance :

– 1° Pourquoi le recueil de consentement éclairé, formalisé par les sciences expérimentales et mis en œuvre dans les protocoles soignants, nous a-t-il paru inadapté pour nos propres recherches, respectivement sur l’épilepsie et sur l’addiction ?

– 2° Dès lors, de quelle manière avons-nous tenté de le reconstruire au cours de nos terrains pour nous assurer que le désir de partage des acteur·rice·s et enquêté·e·s était bien compris, libre et volontaire ?

– 3° Enfin à quelles conditions une telle démarche exploratoire et interactive, qui ne présuppose pas le résultat ni même la méthode de l’enquête, peut-elle être valorisée sur le plan académique ?

Intervenantes :

 – Brenda Bogaert (brenda.bogaert@univ-lyon3.fr): « En quête de sens pour le consentement éclairé en SHS : une discussion à partir d’un cas limite »

Brenda Bogaert est docteure en philosophie, mais aussi titulaire d’un master en sciences humaines et sociales. Sa thèse, soutenue en mars 2020 à l’Université Jean Moulin Lyon 3 sous la direction de Jean-Philippe Pierron, s’intitule : « Le patient acteur de sa vie : vers une approche collaborative avec le patient,
intégration des contributions épistémiques de patients épileptiques pharmaco-résistants en France et en Chine, à travers une méthode avec les émotions et une méthode avec les capacités ». Membre de l’IRPhiL, du laboratoire S2HEP et du Projet junior « PhilosoField », elle est actuellement ATER à la Faculté de médecine Lyon Est et post-doctorante dans la Chaire « Valeurs du soin ».

– Margaux Dubar (margaux.dubar@univ-lyon3.fr) : « Quel consentement attend-on de la personne addictée ? Parcours de soin et recherche de terrain, d’après les philosophes de la chute »

Margaux Dubar, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de philosophie, est doctorante-contractuelle et chargée de cours à l’Université Jean Moulin Lyon 3, membre de l’IRPhiL, de la Chaire « Valeurs du soin », et du Projet junior « PhilosoField ». Sa thèse, démarrée en 2018 sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Delphine Antoine-Mahut, s’intitule : « Homo addictus. Dépendance et chute : Pascal et Malebranche sur le terrain ».

Pour toute question, n’hésitez pas à nous écrire à cette adresse : 

philosofield@gmail.com.

Le consentement dans le soin : si on osait tâter le terrain ?

Le mercredi 24 février 2021, de 10h à 13h, en visioconférence !

Les débuts difficiles de la campagne vaccinale française contre le Covid-19 auprès des résidents en EHPAD ont révélé, dans l’actualité, les complications du recueil de consentement aux soins dans le cas de personnes vulnérables, et dont l’autonomie pose problème. À cette occasion, nous souhaiterions réinterroger, au cours d’une réflexion pragmatique et critique, la notion de consentement telle qu’elle intervient dans le domaine de la santé, en valorisant la spécificité des approches philosophiques et sociologiques. Pourquoi le recueil de consentement éclairé, formalisé par les sciences expérimentales et mis en œuvre dans les protocoles soignants, nous a-t-il paru inadapté pour nos propres recherches sur l’épilepsie et sur l’addiction ? Dès lors, de quelle manière avons-nous tenté de le reconstruire au cours de nos terrains pour nous assurer que le désir de partage des acteur·trice·s et enquêté·e·s était bien compris, libre et volontaire ? Enfin à quelles conditions une telle démarche exploratoire et interactive, qui ne présuppose pas le résultat ni même la méthode de l’enquête, peut-elle être valorisée sur le plan académique ?

Pour réfléchir ensemble à ces questions, nous recevrons deux intervenantes, qui sont également membres du projet junior : 

– Brenda Bogaert : « En quête de sens pour le consentement éclairé en SHS : une discussion à partir d’un cas limite »

Brenda Bogaert est docteure en philosophie, mais aussi titulaire d’un master en sciences humaines et sociales. Sa thèse, soutenue en mars 2020 à l’Université Jean Moulin Lyon 3 sous la direction de Jean-Philippe Pierron, s’intitule : « Le patient acteur de sa vie : vers une approche collaborative avec le patient, intégration des contributions épistémiques de patients épileptiques pharmaco-résistants en France et en Chine, à travers une méthode avec les émotions et une méthode avec les capacités ». Membre de l’IRPhiL, du laboratoire S2HEP et du Projet junior « PhilosoField », elle est actuellement ATER à la Faculté de médecine Lyon Est et post-doctorante dans la Chaire « Valeurs du soin ».

– Margaux Dubar : « Quel consentement attend-on de la personne addictée ? Parcours de soin et recherche de terrain, d’après les philosophes de la chute »

Margaux Dubar, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de philosophie, est doctorante-contractuelle et chargée de cours à l’Université Jean Moulin Lyon 3, membre de l’IRPhiL, de la Chaire « Valeurs du soin », et du Projet junior « PhilosoField ». Sa thèse, démarrée en 2018 sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Delphine Antoine-Mahut, s’intitule : « Homo addictus. Dépendance et chute : Pascal et Malebranche sur le terrain ».

L’inscription est obligatoire via le formulaire disponible à cette adresse : 

https://u-picardie-fr.zoom.us/meeting/register/tZcsdO-trTwuEtCPFdzTLIBXf5N-M9gk7eXA

Vous recevrez ensuite le lien de connexion.

Des attestations seront disponibles pour valider des crédits de formation doctorale. 

Pour toute question, vous pouvez nous écrire à cette adresse : philosofield@gmail.com.

Enquêtes en terrains religieux

Retour sur la 3ème séance du séminaire PhilosoField, le mercredi 16 décembre 2020.

Pour cette séance, nous nous sommes intéressés aux enquêtes philosophiques en terrains religieux. L’histoire politique et institutionnelle française a fait de la philosophie de la religion un champ peu développé et qui doit trouver sa place au sein d’un dialogue, d’un côté, avec les sciences des religions (qui abordent le fait religieux comme fait social et culturel), et d’un autre côté avec la théologie (qui développe une réflexion critique et constructive sur les éléments fondamentaux des croyances et des pratiques, en revendiquant l’inscription dans une tradition confessionnelle). Comment les enquêtes de terrains permettent donc de constituer une approche philosophique du fait religieux ? Quels sont les enjeux et les difficultés méthodologiques et politiques d’une philosophie en terrain religieux, à différents niveaux d’avancement des recherches ?

Pour réfléchir ensemble à ces questions, nous avons accueilli deux intervenantes : 

– Jane Cluzeau : « Appréhender le terrain en première année de thèse : réflexions, méthodes et écueils »

Nous la remercions d’avoir résumé son intervention !

– Chloé Mathys : « Outiller une philosophie empirique de la prière : enjeux de méthodes »

Nous la remercions également pour le résumé de son intervention :

Enquêtes en terrains religieux

Le mercredi 16 décembre 2020, de 10h à 13h, en visioconférence

Pour cette séance, nous nous intéresserons aux enquêtes philosophiques en terrains religieux. L’histoire politique et institutionnelle française a fait de la philosophie de la religion un champ peu développé et qui doit trouver sa place au sein d’un dialogue, d’un côté, avec les sciences des religions (qui abordent le fait religieux comme fait social et culturel), et d’un autre côté avec la théologie (qui développe une réflexion critique et constructive sur les éléments fondamentaux des croyances et des pratiques, en revendiquant l’inscription dans une tradition confessionnelle). Comment les enquêtes de terrains permettent donc de constituer une approche philosophique du fait religieux ? Quels sont les enjeux et les difficultés méthodologiques et politiques d’une philosophie en terrain religieux, à différents niveaux d’avancement des recherches ?

Pour réfléchir ensemble à ces questions, nous accueillerons deux intervenantes : 

– Jane Cluzeau : « Appréhender le terrain en première année de thèse : réflexions, méthodes et écueils »

Jane Cluzeau est doctorante contractuelle en philosophie politique à l’Université Jean Moulin Lyon 3, rattachée à l’Institut de Recherches Philosophiques de Lyon (IRPHIL) sous la direction de Thierry Gontier. Son travail de thèse porte sur les formes de radicalisme contemporain interprétées au prisme des « religions politiques » d’Eric Voegelin.

– Chloé Mathys : « Outiller une philosophie empirique de la prière : enjeux de méthodes »

Chloé Mathys est doctorante à l’Ecole normale supérieure (laboratoire IHRIM) de Lyon et à l’Université de Genève (laboratoire IRSE).

L’inscription est obligatoire via le formulaire disponible à cette adresse :  https://u-picardie-fr.zoom.us/meeting/register/tZwuc-GpqT4iEtcGGqjBIUuz7cVkBTESleHO

Vous recevrez ensuite le lien de connexion. Des attestations seront disponibles pour valider des crédits de formation doctorale. 

Pour toute question, vous pouvez nous écrire à cette adresse : philosofield@gmail.com.

Pratique et recherche, en quête d’un terrain d’entente

Retour sur la 3ème séance du séminaire PhilosoField, le vendredi 23 octobre 2020

Pour cette séance, nous nous sommes intéressé·e·s à ces terrains qui sont à la fois terrains de recherche et terrains de pratique personnelle pour le/la chercheur·se. Si le métier de chercheur·se semble bien différent de celui des praticien·ne·s, ces deux réalités sont souvent indissociables, l’une de ces postures pouvant mener à l’autre. La pratique peut être la condition sine qua non de l’enquête de terrain et vice versa. Cependant, elles présentent aussi des enjeux spécifiques : l’engagement en première personne dans la pratique et la posture réflexive et critique de la recherche peuvent se nourrir l’un l’autre ou au contraire entrer en contradiction. Nous nous sommes demandé·e·s quelles problématiques spécifiques surgissent de ce croisement, à la fois d’un point de vue méthodologique et scientifique, mais également du point de vue de l’expérience personnelle des chercheur·se·s. Comment trouver un terrain d’entente ?

Cette fois, ce sont deux membres de l’équipe qui ont parlé de leurs travaux pour tenter de déblayer ce terrain épineux : Marion Bérard et Fanny Wiard.

Le texte de leur introduction à la séance est disponible ici :

Chacune a ensuite présenté son rapport au terrain :

Marion Bérard : « Les ateliers de philosophie pour enfants : une pratique de la philosophie comme terrain de recherche »

Marion Bérard est doctorante en philosophie à l’Université de Picardie Jules Verne (laboratoire CURAPP-ESS) et anime des discussions philosophiques en école élémentaire.

Fanny Wiard : « Glissements de terrain, de la pratique à la recherche en danse bharatanatyam »

Fanny Wiard est doctorante en études indiennes à l’université Jean Moulin Lyon 3 (laboratoire IRPhiL) et danseuse.

De l’autre côté du terrain : l’accompagnement en milieu professionnel

Retour sur la 2ème séance du séminaire PhilosoField, le vendredi 2 octobre 2020

Pour cette deuxième séance, nous nous sommes intéressé·e·s à ces pratiques du terrain qui s’identifient à des missions d’accompagnement, que ce soit en milieu professionnel, entrepreneurial, ou associatif : comment la philosophie, qu’elle se définisse comme une méthode de formulation des problèmes, une approche existentielle ou une recherche académique, s’accommode-t-elle du milieu professionnel, entrepreneurial ou associatif, sans s’en trouver instrumentalisée, ou confondue avec d’autres services (le coaching, la thérapie, etc.) ?

L’accompagnement devient une voie professionnelle de plus en plus intéressante pour ceux qui étudient la philosophie mais qui ne souhaitent pas, ou ne peuvent pas, travailler dans l’enseignement ou dans la recherche. On remarque aussi un désir croissant de la part des jeunes philosophes de sortir des sentiers battus, de s’engager avec la philosophie d’une autre manière, y compris dans le monde de l’entreprise ou de l’associatif. Cela se traduit dans les parcours des étudiants en philosophie, qui choisissent parfois des études interdisciplinaires ou des recherches centrées sur le monde de l’entreprise ou de l’association. Cela a un impact sur les effectifs d’inscription, en particulier au niveau des masters et des doctorats : popularité croissante du Master en Ethique, écologie et développement durable de l’Université de Lyon 3, tendance pour les titulaires d’un master de philosophie à continuer avec un doctorat en management par exemple.

Dans ce contexte, se fait entendre une crainte : comment faire pour que l’accompagnement en milieu professionnel ne devienne pas du « philowashing » ?  Que la philosophie ne soit qu’une vitrine, c’est une critique fréquente de la part des philosophes lorsqu’il s’agit d’accompagnement, en particulier en entreprise. Nous souhaitons dès lors nous demander si le milieu professionnel est prêt à prendre au sérieux le regard critique qui peuvent offrir les philosophes. Il est vrai que plusieurs exemples récents pourraient en faire douter. On peut penser par exemple à la Silicon Valley, où beaucoup d’entrepreneurs se disent intéressés par la philosophie sans être toutefois vraiment prêts à remettre en question leurs pratiques : Mark Zuckerberg, critiqué récemment pour avoir invité à discuter avec lui le philosophe israélien Yuval Noah Harari, très connu pour son analyse sur l’influence négative de la technologie dans nos sociétés, tout en éludant la question du rôle de Facebook là-dedans. Ou encore Jack Dorsey, dont l’amour affiché pour la philosophie orientale et la médiation apparaît comme en contradiction avec les études sur l’impact négatif de Twitter sur l’attention de ses utilisateurs.

Outre le « philowashing », une autre question est souvent soulevée : celle de savoir ce que la philosophie devient quand elle sort de l’université. Ce qui est présenté auprès du grand public comme de la philosophie a parfois des liens plus ou moins forts avec d’autres disciplines et domaines : développement personnel, psychologie, méditation, spiritualité… Dans ce contexte, on peut s’inquiéter du fait que soit parfois présenté comme philosophie ce qui n’en est pas, ou du risque de confusion entre des approches qui n’ont pas le même but. Dans quelle mesure la philosophie risque-t-elle de se perdre en s’hybridant avec d’autres pratiques ? Peut-elle aussi s’enrichir de la transmission à de nouveaux publics et de la proximité avec d’autres modes de pensée ?

Nous souhaitons donc nous interroger sur le rôle, les possibilités et les limites d’un accompagnement philosophique en milieu professionnel. Et mieux comprendre la forme que peuvent prendre ses interventions.

Pour nous aider à comprendre ces enjeux, nous avons invité deux philosophes qui pratiquent l’accompagnement :

Nathalie Vallet-Renart, pour une communication sur : « Les délicatesses d’une philosophie de terrain en milieu professionnel en temps de Covid-19 »

Nathalie Vallet-Renart est doctorante en philosophie et sciences de gestion, Université Jean Moulin Lyon 3, IRPhiL, Chaire Valeurs du soin, cofondatrice de l’association Entreprise et Cancer.

On la remercie de nous avoir confié ses notes, en libre accès ci-dessous !

2° Tristan Bitsch, qui a présenté : « L’intervention philosophique en organisations : pour une éthique de l’accompagnement »

Tristan Bitsch a un parcours d’études en philosophie. Il est notamment un ancien étudiant du Master Ethique, Ecologie et Développement Durable à Lyon 3.

Aujourd’hui il est philosophe-consultant en transition des organisations et des personnes pour Noetic Bees, fondateur et président de la Maison de la philosophie pratique.

On vous invite à découvrir cette beau projet :

https://www.maison-philopratique.org/

Pratique et recherche, en quête d’un terrain d’entente

Le vendredi 23 octobre 2020

de 10h à 13h

à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard

Pour cette séance, nous nous intéresserons à ces terrains qui sont à la fois terrains de recherche et terrains de pratique personnelle pour le/la chercheur·se. Si le métier de chercheur·se semble bien différent de celui des praticien·ne·s, ces deux réalités sont souvent indissociables, l’une de ces postures pouvant mener à l’autre. La pratique peut être la condition sine qua non de l’enquête de terrain et vice versa. Cependant, elles présentent aussi des enjeux spécifiques : l’engagement en première personne dans la pratique et la posture réflexive et critique de la recherche peuvent se nourrir l’un l’autre ou au contraire entrer en contradiction. Nous nous demanderons quelles problématiques spécifiques surgissent de ce croisement, à la fois d’un point de vue méthodologique et scientifique, mais également du point de vue de l’expérience personnelle des chercheur·se·s. Comment trouver un terrain d’entente ?

Ce seront cette fois deux membres de l’équipe qui parleront de leurs travaux pour tenter de déblayer ce terrain épineux :

Marion Bérard : « Les ateliers de philosophie pour enfants : une pratique de la philosophie comme terrain de recherche »

Marion Bérard est doctorante en philosophie à l’Université de Picardie Jules Verne (laboratoire CURAPP-ESS) et anime des discussions philosophiques en école élémentaire.

Fanny Wiard : « Glissements de terrain, de la pratique à la recherche en danse bharatanatyam »

Fanny Wiard est doctorante en études indiennes à l’université Jean Moulin Lyon 3 (laboratoire IRPhiL) et danseuse.

L’entrée est gratuite, l’inscription est obligatoire via le formulaire disponible sur le site internet de l’université Lyon 3 sur la page de l’événement. Des attestations seront disponibles pour valider des crédits de formation doctorale.

DE L’AUTRE CÔTÉ DU TERRAIN: L’ACCOMPAGNEMENT PHILOSOPHIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL

Le Projet Junior PhilosoField vous invite à son séminaire « Du terrain en philosophie », dont la 2ème séance s’intitule « De l’autre côté du terrain : l’accompagnement philosophique en milieu professionnel ».

Le vendredi 2 octobre 2020,

de 10h à 13h,

à l’Université Jean Moulin Lyon 3,

Salle La Rotonde, 18 rue Chevreul

Nous nous intéresserons à ces pratiques du terrain qui s’identifient à des missions d’accompagnement : comment la philosophie, qu’elle se définisse comme une méthode de formulation des problèmes, une approche existentielle ou une recherche académique, s’accommode-t-elle du milieu professionnel, entrepreneurial ou associatif, sans s’en trouver instrumentalisée, ou confondue avec d’autres services (le coaching, la thérapie, etc.) ?

Pour y répondre, nous recevrons :

– Nathalie Vallet-Renart, pour une communication sur : « Les délicatesses d’une philosophie de terrain en milieu professionnel en temps de Covid-19 »

Nathalie Vallet-Renart est doctorante en philosophie et sciences de gestion, Université Jean Moulin Lyon 3, IRPhiL, Chaire Valeurs du soin, cofondatrice de l’association Entreprise et Cancer.

– Tristan Bitsch, qui abordera : « L’intervention philosophique en organisations : pour une éthique de l’accompagnement »

Tristan Bitsch est philosophe-consultant en transition des organisations et des personnes pour Noetic Bees, fondateur et président de la Maison de la philosophie pratique.

Pour rappel : porté par une équipe de six doctorant.e.s, composée d’étudiant.e.s de l’Université Jean Moulin Lyon 3, de l’Université Paris Est Créteil, de l’Université de Picardie Jules Verne et de l’Université de Genève, le projet PhilosoField est un programme de recherche de 2 ans qui vise à constituer une communauté de recherche autour de la question du « terrain » en philosophie. Nous bénéficions du soutien du Service Général de la Recherche de Lyon 3, de l’IRPhiL, de l’ED de philosophie « Histoire, Création, Représentation » et de la Chaire Valeurs du soin.

N’hésitez pas à diffuser cette invitation autour de vous ! L’entrée est libre dans la limite des places disponibles. Inscription souhaitée à l’adresse philosofield@gmail.com.

Journées d’étude : « Une philosophie de terrain ? »

Avant le Projet Junior « PhilosoField » qui a commencé en janvier 2020, Marine Bedon, Maud Benetreau, Marion Bérard et Margaux Dubar ont organisé deux journées d’étude sur la philosophie de terrain :

Ces journées ont été filmées grâce au LabEx COMOD. Vous pouvez retrouver certaines interventions sur Youtube en cliquant sur le lien suivant : https://www.youtube.com/playlist?list=PLugAD0J2Yf2IE5Z-oAxkA5XYydymqH-SM

Nous remercions Jean-Philippe Pierron qui nous a fait confiance pour organiser ces journées d’études, ainsi que l’IRPHIL, l’IRHIM, et le LabEx COMOD pour leur soutien dans la mise en œuvre de ces journées.

Membre de PhilosoField : Margaux Dubar

Je suis doctorante contractuelle et chargée de cours à l’Université Jean Moulin Lyon 3 depuis septembre 2018. Le titre provisoire de ma thèse, préparée sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Delphine Antoine-Mahut, est : « Homo addictus. Dépendance et Chute. Pascal et Malebranche sur le terrain ».

Quel est le rapport entre ma thèse et la philosophie de terrain ?

Ma démarche de recherche est double :

1) Je mène une enquête de terrain dans un hôpital de jour et dans un groupe d’entraide, où je procède par observation participante, par entretiens et par focus groupes. Mon objectif est de découvrir les pratiques et les discours des personnes par rapport à leur(s) addiction(s), et plus précisément la manière dont elles conçoivent ce qu’on appelle le « parcours de soin ».

2) Dans une perspective d’« actualité des classiques », j’étudie le motif de la chute de l’homme dans les anthropologies philosophiques de Pascal et de Malebranche. C’est-à-dire la manière dont chacun déploie, dans sa propre conceptualité, les conséquences du péché originel sur la condition humaine, désormais marquée par une vulnérabilité et une dépendance généralisées.

Je travaille conjointement deux questions directrices :

1) En quoi les concepts des philosophies de la chute nous permettent-ils de comprendre différemment l’addiction ? Si on entreprend de soigner l’addiction aujourd’hui, c’est parce qu’on oppose le paradigme de la maladie comportementale contre la stigmatisation des personnes addictées. Mais ce n’est pas parce qu’on préfère parler de « malade alcoolique » plutôt que d’« ivrogne » qu’on arrive pour autant à le guérir… Non seulement le taux de rechute est massif après une cure, mais mon enquête révèle que le concept de maladie ne traduit pas complètement ce que vivent les personnes addictées : ne pourrait-on pas y voir une condition existentielle ?  

2) Le second résultat de cette hybridation serait l’effet en retour du terrain sur le corpus classique. Relit-on différemment le concept de divertissement ou l’argument du pari chez Pascal,  la figure d’Adam ou la faculté de la volonté chez Malebranche ? Voici comment on pourrait formuler leur projet d’écriture : concevoir une philosophie susceptible de s’adresser à l’homme qui a vécu une expérience fondamentale de chute pour l’aider à s’en relever. Cela revient finalement à restituer à ces auteurs leur public originel, plutôt que de les confiner à des usages académiques : ces textes passent-ils le test de réactualisation ? Quelles distorsions, transformations et recompositions sont induites dans leur doctrine ?

Pourquoi ai-je voulu monter Philosofield avec mes camarades ?

Notamment parce qu’au début de ma thèse, j’ai rencontré beaucoup de difficultés pour préparer et commencer mon enquête de terrain, entre les formalités juridiques, l’évaluation éthique, et la mise en conformité RGPD. J’aurais aimé faire partie d’un groupe de recherche pour en discuter et bénéficier de l’expérience d’autres étudiant·e·s également engagé·e·s en philosophie de terrain. Ce sentiment d’isolement s’est accentué quand j’ai été confrontée sur le terrain à des logiques de pouvoir et des formes d’assignations que je maîtrisais mal. C’est pourquoi je souhaite que PhilosoField devienne un lieu de partage et d’échange !

« Simone Weil, une philosophie de terrain ? » Pascal David

Texte de l’intervention de Pascal David à la séance de lancement du séminaire PhilosoField, le vendredi 28 février 2020.

Pascal David enseigne la philosophie à la Faculté de philosophie de l’Université catholique de Lyon et il est doctorant en 3ème année à l’Université Jean Moulin Lyon 3, rattaché à l’IRPhiL.

Thèse en préparation sous la direction de Jean-Philippe Pierron, intitulée : « Éthique et écriture. Simone Weil philosophe ».

Publications récentes : un recueil de textes de Simone Weil, Désarroi de notre temps et autres fragments sur la guerre (éd. Peuple Libre, 2018), « Une vie philosophique ? Simone Weil, éthique et écriture » (in Simone Weil, réception et transposition, éd. Classiques Garnier, 2019), « Prendre soin des travailleurs. Penser avec Simone Weil le bon usage du travail physique » (in Travail du soin, soin du travail, éd. Seli Arslan, 2020).

Les recherches de Pascal David le portent à considérer et à interroger la philosophie comme manière de vivre – en particulier  dans l’œuvre de Simone Weil. Cette dernière ne concevait pas la philosophie sans expérience de terrain, qu’il s’agisse de son travail à l’usine Alstom puis chez Renault, de son engagement auprès des Républicains espagnols ou de la France libre à Londres. Placer le début de notre projet sous l’égide de cette philosophe au statut longtemps controversé, mais qui a toujours fasciné, nous paraît être un geste fort : quel sens très particulier donnait-elle à cette (en)quête philosophique ?

Membre de PhilosoField : Maud Benetreau

Je suis en première année de doctorat, pour une thèse dont l’intitulé provisoire est : « Attendre un enfant. Rencontre entre anthropologie philosophique et philosophie de terrain ». Je travaille sous la direction de Pascal Sévérac (UPEC — LIS EA 4395), et ma thèse est également encadrée par Julie Henry (ENS de Lyon — Triangle UMR 5206).

Comment j’en suis venue à faire du terrain

En troisième année de licence, j’ai participé avec Margaux Dubar au séminaire « Le Terrain des philosophes », organisé à l’École Normale Supérieure de Lyon par Samuel Lézé et Julie Henry. Ce séminaire était destiné à former les étudiants en sciences humaines à l’enquête anthropologique. Dans ce cadre, j’ai pu faire un court stage d’observation au service de réanimation de l’Hôpital de la Croix-Rousse (Lyon), auprès d’une équipe d’internes en médecine, et du médecin anesthésiste-réanimateur et docteur en éthique Serge Duperret.
Je ne faisais pas de travail de recherche en licence, c’était donc un stage exploratoire. Mais j’ai pu découvrir ce que pouvait être une enquête de terrain depuis une perspective philosophique, et les résultats de cette enquête m’ont donné l’idée d’un sujet pour le mémoire de l’année suivante.

En première année de master, mon travail de mémoire a donc consisté à rapprocher l’affect de tristesse chez Spinoza, qui est défini au début de la deuxième partie de l’Éthique, comme une diminution de la puissance d’agir, de la façon dont on peut vivre une maladie, sans nécessairement tomber dans la spirale des affects tristes que décrit Deleuze dans ses ouvrages sur Spinoza.
Pour ce travail, qui était dirigé par Delphine Antoine-Mahut et Samuel Lézé, je suis allée dans trois services hospitaliers : au service de réanimation de l’Hôpital de la Croix-Rousse, au Centre de lutte contre le cancer Léon Bérard, et à l’Hôpital neurologique.
Pour moi, il s’agissait de mettre à l’épreuve la lecture que Deleuze proposait de la tristesse chez Spinoza, en la confrontant à une enquête anthropologique, faite d’observations et d’entretiens.
Or, ce rapprochement entre l’affect de tristesse et l’expérience de la maladie a permis d’ouvrir des perspectives théoriques, en pensant de nouveaux modèles pour mettre en rapport la tristesse et la joie, des perspectives pratiques, en ouvrant la possibilité d’une joie à même la maladie, mais aussi des perspectives méthodologiques, avec la création d’une médiation philosophique par ce travail de terrain qui m’a permis de relire Spinoza d’une autre manière que celle de Deleuze.

Ce premier essai pour rapprocher les textes de Spinoza d’une enquête de terrain s’est poursuivi en deuxième année de master. Pour un second mémoire, que j’ai fait sous la direction de Julie Henry, je suis partie d’un problème spinoziste qu’il est possible de formuler ainsi : qu’est-ce que rencontrer une chose extérieure pour un individu de telle sorte qu’elle l’affecte, c’est-à-dire qu’elle participe à la constitution de son être et de son existence individuelle, dans et par un devenir affectif ?
Il me semblait que poser ce problème à un cas particulier permettait de le travailler dans ses implications anthropologiques, non pas au sens de la discipline « anthropologie » cette fois, mais au sens où les textes de Spinoza sur le corps, l’imagination et les passions peuvent être lus comme une anthropologie philosophique. C’est pourquoi je me suis demandée ce que c’était, dans une perspective spinoziste, que devenir mère. Je suis donc allée en maternité pour faire des entretiens avec des femmes enceintes et des femmes qui venaient d’accoucher.
Ce terrain m’a amenée à revenir largement sur mon problème de départ, et notamment à travailler ce que j’ai pu appelé « devenir affectif » non plus comme le passage d’un état à un autre, mais comme une mise en relation de deux termes au cours d’un processus, ce que je vais reprendre pour ma thèse.

Quel rôle joue le terrain pour ma thèse en philosophie

Pour ma thèse, je ne suis pas partie des textes de Spinoza, mais de l’expression « attendre un enfant » et de ses formulations actuelles, notamment en termes de projet d’enfant : « projet parental » dans les textes de loi qui régissent la procréation médicalement assistée, « projet de naissance » pour les autorités médicales, ou encore « projet parental » pour une analyse sociologique comme celle de Luc Boltanski.
Il s’agit pour moi de faire une analyse critique de ces expressions, en distinguant notamment entre une conception volontariste du « projet » et un concept de « projet » qui laisse une place à l’inattendu.

Pour faire cette analyse critique, j’ai opéré un premier déplacement : je me suis demandé quel sens pouvaient prendre ces expressions dans un contexte spinoziste, c’est-à-dire, comment les interpréter avec les textes de Spinoza qui portent sur le corps, sur l’imagination et sur les passions ? Je suis actuellement en train de travailler sur ces textes, un peu comme on affûte ses outils avant de les mettre en œuvre. Quand j’aurai commencé mon stage de terrain, qui est prévu pour le printemps, je pourrai opérer un second déplacement, qui consistera à faire des concepts de Spinoza des instruments de compréhension pour un champ de recherche qui n’est pas le sien : les façons dont les personnes attendent un enfant aujourd’hui.

Si j’amène l’anthropologie spinoziste et une enquête de terrain en maternité à se rencontrer, il ne s’agit pas de dire, de façon anachronique, ce que Spinoza aurait pensé des expressions « attendre un enfant » ou « projet d’enfant », mais de mobiliser ses concepts comme des instruments pour proposer une certaine compréhension du terrain. Mais il ne s’agit pas non plus d’analyser le terrain selon une grille de lecture spinoziste qui serait élaborée par ailleurs, et qui s’appliquerait, de l’extérieur, à une réalité qui lui est étrangère : en effet, les observations et les entretiens que je pourrai faire en maternité permettront sans doute de revenir sur les textes de Spinoza, et, sans prétendre renouveler l’interprétation des textes de Spinoza, je pense que la rencontre avec un terrain permettra d’en proposer une nouvelle lecture.

Ce que j’attends du projet junior Philoso Field

Ce que j’attends du projet junior Philoso Field, c’est de pouvoir échanger dans ce que nous avons appelé une « communauté de recherche », une expression qui n’est pas seulement un mot-clef, mais qui indique deux dimensions du projet junior qui sont importantes à mes yeux :
 – pouvoir se rassembler avec d’autres personnes qui ont en commun cet intérêt philosophique pour le terrain, et cette idée qu’il est important d’y réfléchir ensemble, quand bien même nos recherches soient — et doivent rester — très différentes ;
– pouvoir échanger avec d’autres personnes qui ont des idées auxquelles je n’aurais pas pensé : certaines ne sont pas les miennes, mais elles me permettent de me situer dans ce champ de recherche, et d’autres m’inspirent pour ma propre réflexion méthodologique en philosophie de terrain.