Membre de PhilosoField : Margaux Dubar

Je suis doctorante contractuelle et chargée de cours à l’Université Jean Moulin Lyon 3 depuis septembre 2018. Le titre provisoire de ma thèse, préparée sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Delphine Antoine-Mahut, est : « Homo addictus. Dépendance et Chute. Pascal et Malebranche sur le terrain ».

Quel est le rapport entre ma thèse et la philosophie de terrain ?

Ma démarche de recherche est double :

1) Je mène une enquête de terrain dans un hôpital de jour et dans un groupe d’entraide, où je procède par observation participante, par entretiens et par focus groupes. Mon objectif est de découvrir les pratiques et les discours des personnes par rapport à leur(s) addiction(s), et plus précisément la manière dont elles conçoivent ce qu’on appelle le « parcours de soin ».

2) Dans une perspective d’« actualité des classiques », j’étudie le motif de la chute de l’homme dans les anthropologies philosophiques de Pascal et de Malebranche. C’est-à-dire la manière dont chacun déploie, dans sa propre conceptualité, les conséquences du péché originel sur la condition humaine, désormais marquée par une vulnérabilité et une dépendance généralisées.

Je travaille conjointement deux questions directrices :

1) En quoi les concepts des philosophies de la chute nous permettent-ils de comprendre différemment l’addiction ? Si on entreprend de soigner l’addiction aujourd’hui, c’est parce qu’on oppose le paradigme de la maladie comportementale contre la stigmatisation des personnes addictées. Mais ce n’est pas parce qu’on préfère parler de « malade alcoolique » plutôt que d’« ivrogne » qu’on arrive pour autant à le guérir… Non seulement le taux de rechute est massif après une cure, mais mon enquête révèle que le concept de maladie ne traduit pas complètement ce que vivent les personnes addictées : ne pourrait-on pas y voir une condition existentielle ?  

2) Le second résultat de cette hybridation serait l’effet en retour du terrain sur le corpus classique. Relit-on différemment le concept de divertissement ou l’argument du pari chez Pascal,  la figure d’Adam ou la faculté de la volonté chez Malebranche ? Voici comment on pourrait formuler leur projet d’écriture : concevoir une philosophie susceptible de s’adresser à l’homme qui a vécu une expérience fondamentale de chute pour l’aider à s’en relever. Cela revient finalement à restituer à ces auteurs leur public originel, plutôt que de les confiner à des usages académiques : ces textes passent-ils le test de réactualisation ? Quelles distorsions, transformations et recompositions sont induites dans leur doctrine ?

Pourquoi ai-je voulu monter Philosofield avec mes camarades ?

Notamment parce qu’au début de ma thèse, j’ai rencontré beaucoup de difficultés pour préparer et commencer mon enquête de terrain, entre les formalités juridiques, l’évaluation éthique, et la mise en conformité RGPD. J’aurais aimé faire partie d’un groupe de recherche pour en discuter et bénéficier de l’expérience d’autres étudiant·e·s également engagé·e·s en philosophie de terrain. Ce sentiment d’isolement s’est accentué quand j’ai été confrontée sur le terrain à des logiques de pouvoir et des formes d’assignations que je maîtrisais mal. C’est pourquoi je souhaite que PhilosoField devienne un lieu de partage et d’échange !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.