De l’autre côté du terrain : l’accompagnement en milieu professionnel

Retour sur la 2ème séance du séminaire PhilosoField, le vendredi 2 octobre 2020

Pour cette deuxième séance, nous nous sommes intéressé·e·s à ces pratiques du terrain qui s’identifient à des missions d’accompagnement, que ce soit en milieu professionnel, entrepreneurial, ou associatif : comment la philosophie, qu’elle se définisse comme une méthode de formulation des problèmes, une approche existentielle ou une recherche académique, s’accommode-t-elle du milieu professionnel, entrepreneurial ou associatif, sans s’en trouver instrumentalisée, ou confondue avec d’autres services (le coaching, la thérapie, etc.) ?

L’accompagnement devient une voie professionnelle de plus en plus intéressante pour ceux qui étudient la philosophie mais qui ne souhaitent pas, ou ne peuvent pas, travailler dans l’enseignement ou dans la recherche. On remarque aussi un désir croissant de la part des jeunes philosophes de sortir des sentiers battus, de s’engager avec la philosophie d’une autre manière, y compris dans le monde de l’entreprise ou de l’associatif. Cela se traduit dans les parcours des étudiants en philosophie, qui choisissent parfois des études interdisciplinaires ou des recherches centrées sur le monde de l’entreprise ou de l’association. Cela a un impact sur les effectifs d’inscription, en particulier au niveau des masters et des doctorats : popularité croissante du Master en Ethique, écologie et développement durable de l’Université de Lyon 3, tendance pour les titulaires d’un master de philosophie à continuer avec un doctorat en management par exemple.

Dans ce contexte, se fait entendre une crainte : comment faire pour que l’accompagnement en milieu professionnel ne devienne pas du « philowashing » ?  Que la philosophie ne soit qu’une vitrine, c’est une critique fréquente de la part des philosophes lorsqu’il s’agit d’accompagnement, en particulier en entreprise. Nous souhaitons dès lors nous demander si le milieu professionnel est prêt à prendre au sérieux le regard critique qui peuvent offrir les philosophes. Il est vrai que plusieurs exemples récents pourraient en faire douter. On peut penser par exemple à la Silicon Valley, où beaucoup d’entrepreneurs se disent intéressés par la philosophie sans être toutefois vraiment prêts à remettre en question leurs pratiques : Mark Zuckerberg, critiqué récemment pour avoir invité à discuter avec lui le philosophe israélien Yuval Noah Harari, très connu pour son analyse sur l’influence négative de la technologie dans nos sociétés, tout en éludant la question du rôle de Facebook là-dedans. Ou encore Jack Dorsey, dont l’amour affiché pour la philosophie orientale et la médiation apparaît comme en contradiction avec les études sur l’impact négatif de Twitter sur l’attention de ses utilisateurs.

Outre le « philowashing », une autre question est souvent soulevée : celle de savoir ce que la philosophie devient quand elle sort de l’université. Ce qui est présenté auprès du grand public comme de la philosophie a parfois des liens plus ou moins forts avec d’autres disciplines et domaines : développement personnel, psychologie, méditation, spiritualité… Dans ce contexte, on peut s’inquiéter du fait que soit parfois présenté comme philosophie ce qui n’en est pas, ou du risque de confusion entre des approches qui n’ont pas le même but. Dans quelle mesure la philosophie risque-t-elle de se perdre en s’hybridant avec d’autres pratiques ? Peut-elle aussi s’enrichir de la transmission à de nouveaux publics et de la proximité avec d’autres modes de pensée ?

Nous souhaitons donc nous interroger sur le rôle, les possibilités et les limites d’un accompagnement philosophique en milieu professionnel. Et mieux comprendre la forme que peuvent prendre ses interventions.

Pour nous aider à comprendre ces enjeux, nous avons invité deux philosophes qui pratiquent l’accompagnement :

Nathalie Vallet-Renart, pour une communication sur : « Les délicatesses d’une philosophie de terrain en milieu professionnel en temps de Covid-19 »

Nathalie Vallet-Renart est doctorante en philosophie et sciences de gestion, Université Jean Moulin Lyon 3, IRPhiL, Chaire Valeurs du soin, cofondatrice de l’association Entreprise et Cancer.

On la remercie de nous avoir confié ses notes, en libre accès ci-dessous !

2° Tristan Bitsch, qui a présenté : « L’intervention philosophique en organisations : pour une éthique de l’accompagnement »

Tristan Bitsch a un parcours d’études en philosophie. Il est notamment un ancien étudiant du Master Ethique, Ecologie et Développement Durable à Lyon 3.

Aujourd’hui il est philosophe-consultant en transition des organisations et des personnes pour Noetic Bees, fondateur et président de la Maison de la philosophie pratique.

On vous invite à découvrir cette beau projet :

https://www.maison-philopratique.org/


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.