Le consentement dans le soin : si on osait tâter le terrain ?

Retour sur la 5ème séance du séminaire « Du terrain en philosophie »

organisée par le Projet Junior PhilosoField

le mercredi 24 février 2021, de 10h à 13h, en visioconférence

Introduction :

Pour qui s’intéresse un minimum aux débats contemporains comme aux affaires qui défrayent la chronique, la notion de consentement évoque d’abord le mouvement #MeToo, soit la libération de la parole des victimes de viol initiée dès 2017 avec l’affaire Weinstein, et qui trouve un nouvel écho ou une nouvelle variante en France récemment avec la parution du livre de Camille Kouchner, La Familia grande. La problématique spécifique de l’inceste suppose de réfléchir moins aux modalités du respect du consentement d’une personne qui subit la rapport de force, qu’à la mise en place d’un seuil d’âge en dessous duquel il n’est même pas possible de le lui prêter. Mais on peut parler plus globalement d’une crise des accords tacites intrasociaux et interpersonnels, liés aux remaniements identitaires de l’espace commun, aux bouleversements intimes que chacun·e vit comme à l’évolution de notre conception collective de la responsabilité. Outre les consentements affectifs et sexuels, cette crise concerne aussi, quoique de façon peut-être moins aigue ou moins médiatique, les consentements juridiques, commerciaux et médicaux.

En particulier, les débuts difficiles de la campagne vaccinale française contre le Covid-19 auprès des résident·e·s en EHPAD ont révélé, dans l’actualité, les complications du recueil de consentement aux soins dans le cas de personnes vulnérables, et dont l’autonomie pose problème. Or dans le domaine de la santé, c’est par définition qu’on a affaire à des relations de pouvoir, et c’est même en quelque sorte pour compenser ce déséquilibre du rapport de force qu’on recueille le consentement : typiquement, on devient un patient·e quand on a un problème de santé, quand son intégrité physique ou psychique est menacée, et qu’on rentre en relation avec un·e praticien·ne ou un système de soin pour requérir, ses compétences scientifiques et techniques, soit un diagnostic ou une thérapeutique. L’enquête de terrain en milieu médical révèle de manière frappante la posture de dépendance dans laquelle se trouve celles et ceux qu’on « prend en charge », pour reprendre l’expression consacrée, et qui semble partie prenante d’un système hiérarchique très lourd, qui surprend beaucoup les chercheur·se·s qui s’y trouvent nouvellement immergé·e·s.

On a donc voulu réinterroger, au cours d’une réflexion à la fois pragmatique et critique, la notion de consentement telle qu’elle intervient dans le domaine de la santé, en valorisant la spécificité des approches philosophiques et sociologiques. L’avantage d’aborder la problématique du consentement médical dans le cadre du terrain, c’est qu’à travers une grande diversité d’approches, la relation de soin peut être considérée comme une sorte d’unité normative pour toute relation humaine, en ce qu’elle recèle une puissance pour penser le monde actuel dans ses dimensions techniques, relationnelles, morales, institutionnelles et sociales. En somme, on touche encore mieux au cœur du problème à la faveur de ce qui apparaissait d’abord comme un décentrement, par rapport à ce s’impose dans l’actualité comme le sujet brûlant. Nous avons formulé trois questions pour orienter notre réflexion au cours de cette séance :

– 1° Pourquoi le recueil de consentement éclairé, formalisé par les sciences expérimentales et mis en œuvre dans les protocoles soignants, nous a-t-il paru inadapté pour nos propres recherches, respectivement sur l’épilepsie et sur l’addiction ?

– 2° Dès lors, de quelle manière avons-nous tenté de le reconstruire au cours de nos terrains pour nous assurer que le désir de partage des acteur·rice·s et enquêté·e·s était bien compris, libre et volontaire ?

– 3° Enfin à quelles conditions une telle démarche exploratoire et interactive, qui ne présuppose pas le résultat ni même la méthode de l’enquête, peut-elle être valorisée sur le plan académique ?

Intervenantes :

 – Brenda Bogaert (brenda.bogaert@univ-lyon3.fr): « En quête de sens pour le consentement éclairé en SHS : une discussion à partir d’un cas limite »

Brenda Bogaert est docteure en philosophie, mais aussi titulaire d’un master en sciences humaines et sociales. Sa thèse, soutenue en mars 2020 à l’Université Jean Moulin Lyon 3 sous la direction de Jean-Philippe Pierron, s’intitule : « Le patient acteur de sa vie : vers une approche collaborative avec le patient,
intégration des contributions épistémiques de patients épileptiques pharmaco-résistants en France et en Chine, à travers une méthode avec les émotions et une méthode avec les capacités ». Membre de l’IRPhiL, du laboratoire S2HEP et du Projet junior « PhilosoField », elle est actuellement ATER à la Faculté de médecine Lyon Est et post-doctorante dans la Chaire « Valeurs du soin ».

– Margaux Dubar (margaux.dubar@univ-lyon3.fr) : « Quel consentement attend-on de la personne addictée ? Parcours de soin et recherche de terrain, d’après les philosophes de la chute »

Margaux Dubar, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de philosophie, est doctorante-contractuelle et chargée de cours à l’Université Jean Moulin Lyon 3, membre de l’IRPhiL, de la Chaire « Valeurs du soin », et du Projet junior « PhilosoField ». Sa thèse, démarrée en 2018 sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Delphine Antoine-Mahut, s’intitule : « Homo addictus. Dépendance et chute : Pascal et Malebranche sur le terrain ».

Pour toute question, n’hésitez pas à nous écrire à cette adresse : 

philosofield@gmail.com.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.