PhilosoField

On observe depuis quelques années une nouvelle tendance en philosophie : les travaux de recherche mobilisent de plus en plus, d’une manière ou d’une autre, l’enquête de terrain. Cette pratique est empruntée aux sciences humaines et sociales pour être mise en œuvre dans divers domaines parmi les plus dynamiques en philosophie contemporaine – à commencer par la santé, l’écologie ou les pratiques culturelles.

Ce n’est pas seulement que la philosophie se donne de nouveaux objets, mais bien plutôt qu’on rencontre le philosophe, dans sa pratique professionnelle et scientifique, dans des lieux où jusqu’alors, nous étions peu habitués à le trouver. Plus familier des bibliothèques et des salles de classe, il investit aujourd’hui volontiers des hôpitaux, des comités éthiques, des sphères politiques, des camps de personnes migrantes, des fermes, des jardins, des usines, etc.

L’interrogation philosophique a alors partie liée avec un « terrain », qui vient l’enrichir et la réorienter, ou même depuis lequel elle vient à émerger. S’opère manifestement une remise en cause d’une certaine division du travail, prépondérante jusqu’alors dans le champ scientifique, entre d’une part la production de données et d’autre part la théorisation par concepts.

On peut certes valoriser, au sein de la tradition, des philosophes qui ne cessent de travailler un sol concret, de s’ancrer dans une expérience commune : d’Épicure à Simone Weil, en passant par Diderot, Tocqueville et Marx, ce courant de pensée dépasse l’opposition entre les catégories empiristes et  idéalistes, et traverse toute l’histoire de la philosophie.

Toutefois, il faut garder à l’esprit que l’idée d’une « philosophie de terrain » sonne bien a priori comme un oxymore, étant donné que les disciplines de terrain que sont les sciences humaines et sociales se sont historiquement fondées en rupture avec l’abstraction de la philosophie, à la suite de Durkheim, Bourdieu, et Lévi-Strauss notamment.

On peut dès lors se demander comment les philosophes qui mettent en œuvre une enquête de terrain au sein de leurs travaux, tout en revendiquant leur appartenance à la discipline philosophique, qualifient leur démarche :

  1. Comment définissent-ils leur rapport au terrain ?
  2. Quels usages font-ils de l’enquête qualitative ?
  3. Quelles méthodes et outils adoptent-t-ils ?

Aussi notre projet se donne-t-il les objectifs suivants :

  1. Intégrer la diversité des objets d’enquête et des problèmes soulevés dans une réflexion méthodologique pluraliste.
  2. Faire émerger des synergies communes par le partage d’expériences issues d’horizons disciplinaires et thématiques variés.
  3. Former à la recherche par une réflexion méthodologique commune qui rompe la solitude des jeunes chercheur·euse·s en philosophie, par un véritable travail d’équipe et une dynamique collaborative au sein d’une communauté de recherche.
  4. Créer des liens et des collaborations pluridisciplinaires autour des questions de l’enquête du terrain et de la place comme de la fonction des chercheur·euse·s dans le monde non-académique.
  5. Expliciter d’un point de vue pragmatique, éthique et politique, ce que peut apporter la philosophie de terrain lorsqu’elle se met à l’écoute des praticien·ne·s et des acteur·trice·s des terrains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.