« Enquêter en philosophe ou en sociologue : quelles pratiques de l’entretien pour appréhender et comprendre les représentations de l’accouchement ? »

Le Projet Junior PhilosoField vous invite à la 7ème séance de son séminaire « Du terrain en philosophie », le mercredi 1er décembre 2021, de 10h à 13h, à l’Université Jean Moulin Lyon 3, salle Caillemer (15 Quai Claude Bernard – 69007 Lyon)

L’idée d’une « philosophie de terrain » peut sonner comme un oxymore pour les disciplines de terrain qui se sont historiquement fondées par distinction avec la philosophie et son abstraction, notamment avec Durkheim et Bourdieu, pour les sciences sociales. Tandis que la philosophie serait dans les nuées, et même totalement hors-sol, c’est le rapport à un terrain d’enquête qui a scellé la rupture des sciences sociales avec la philosophie, et qui a permis à la sociologie naissante d’établir sa scientificité. Aujourd’hui pourtant, des philosophes ont recours à un terrain d’enquête pour leurs recherches, et puisent dans les outils des sciences sociales, notamment ceux de l’enquête qualitative : ethnographie, observation, entretien…

Ces philosophes de terrain deviendraient-ils des sociologues ? S’il est possible de passer de la philosophie à la sociologie, c’est au risque de manquer l’occasion que le terrain donne aux philosophes de renouveler leur discipline, et de perdre ce qu’une perspective philosophique peut apporter au moment d’appréhender un terrain d’enquête. Mais dans la mesure où les sciences sociales prédominent au sein des disciplines empiriques, notamment au moment de déterminer les variables qui semblent incontournables pour appréhender un terrain (classes sociales, déterminations historiques…), comment valoriser une démarche qui ne procède pas selon ces grilles d’analyse ? Sans qu’une approche philosophique ne se montre naïve quant aux conditions sociales et historiques d’une situation d’enquête, quelle place pourrait-elle prendre aux côtés d’approches sociologiques ? Dans quelle mesure la philosophie de terrain peut-elle amener à opérer une recomposition du partage entre les disciplines qui, telle la sociologie, se sont constituées avec le terrain d’une part, et, d’autre part, des recherches qui, tout en s’inscrivant en philosophie, ont recours à un terrain d’enquête ?

Pour réfléchir ensemble à ces questions, nous accueillerons deux intervenantes : si l’une est inscrite en sociologie et l’autre en philosophie pour leur doctorat, elles ont chacune une pratique de l’entretien qui leur permet d’appréhender les représentations de l’accouchement. La proximité thématique et méthodologique de leurs recherches est une occasion d’interroger ce que le terrain fait aux rapports entre philosophie et sociologie.

Maëlys Bar, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de sciences économiques et sociales, est actuellement ATER à Sciences Po Grenoble. Elle est aussi, depuis septembre 2018, doctorante à l’École Normale Supérieure de Lyon et rattachée au Centre Max Weber (UMR 5283). Sa thèse, dirigée par Christine Détrez, s’intitule provisoirement : « Les femmes “césarisées” face à la définition de l’accouchement : pratiques et expériences contemporaines de la césarienne en France ».

Maud Benetreau, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de philosophie, est doctorante-contractuelle en philosophie à l’Université Paris Est Créteil et chargée de cours à l’École Normale Supérieure de Lyon. Elle est membre du laboratoire Lettres, Idées, Savoirs et du Projet junior « PhilosoField ». Sa thèse, qui se poursuit depuis septembre 2019 sous la direction de Pascal Sévérac et l’encadrement de Julie Henry, s’intitule pour le moment : « Attendre un enfant. Rencontre entre anthropologie spinoziste et philosophie de terrain ».

L’inscription est obligatoire pour assister au séminaire, en écrivant à philosofield@gmail.com. Des attestations seront disponibles pour valider des crédits de formation doctorale. L’évènement est accessible dans le cadre du protocole sanitaire (pass sanitaire et masques). Pour toute question, vous pouvez nous écrire à cette adresse : philosofield@gmail.com. N’hésitez pas à diffuser cette invitation autour de vous ! On vous attend nombreux·ses !


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search