Pratique et recherche, en quête d’un terrain d’entente

Le vendredi 23 octobre 2020

de 10h à 13h

à l’Université Jean Moulin Lyon 3

Amphithéâtre Huvelin, 15 quai Claude Bernard

Pour cette séance, nous nous intéresserons à ces terrains qui sont à la fois terrains de recherche et terrains de pratique personnelle pour le/la chercheur·se. Si le métier de chercheur·se semble bien différent de celui des praticien·ne·s, ces deux réalités sont souvent indissociables, l’une de ces postures pouvant mener à l’autre. La pratique peut être la condition sine qua non de l’enquête de terrain et vice versa. Cependant, elles présentent aussi des enjeux spécifiques : l’engagement en première personne dans la pratique et la posture réflexive et critique de la recherche peuvent se nourrir l’un l’autre ou au contraire entrer en contradiction. Nous nous demanderons quelles problématiques spécifiques surgissent de ce croisement, à la fois d’un point de vue méthodologique et scientifique, mais également du point de vue de l’expérience personnelle des chercheur·se·s. Comment trouver un terrain d’entente ?

Ce seront cette fois deux membres de l’équipe qui parleront de leurs travaux pour tenter de déblayer ce terrain épineux :

Marion Bérard : « Les ateliers de philosophie pour enfants : une pratique de la philosophie comme terrain de recherche »

Marion Bérard est doctorante en philosophie à l’Université de Picardie Jules Verne (laboratoire CURAPP-ESS) et anime des discussions philosophiques en école élémentaire.

Fanny Wiard : « Glissements de terrain, de la pratique à la recherche en danse bharatanatyam »

Fanny Wiard est doctorante en études indiennes à l’université Jean Moulin Lyon 3 (laboratoire IRPhiL) et danseuse.

L’entrée est gratuite, l’inscription est obligatoire via le formulaire disponible sur le site internet de l’université Lyon 3 sur la page de l’événement. Des attestations seront disponibles pour valider des crédits de formation doctorale.

DE L’AUTRE CÔTÉ DU TERRAIN: L’ACCOMPAGNEMENT PHILOSOPHIQUE EN MILIEU PROFESSIONNEL

Le Projet Junior PhilosoField vous invite à son séminaire « Du terrain en philosophie », dont la 2ème séance s’intitule « De l’autre côté du terrain : l’accompagnement philosophique en milieu professionnel ».

Le vendredi 2 octobre 2020,

de 10h à 13h,

à l’Université Jean Moulin Lyon 3,

Salle La Rotonde, 18 rue Chevreul

Nous nous intéresserons à ces pratiques du terrain qui s’identifient à des missions d’accompagnement : comment la philosophie, qu’elle se définisse comme une méthode de formulation des problèmes, une approche existentielle ou une recherche académique, s’accommode-t-elle du milieu professionnel, entrepreneurial ou associatif, sans s’en trouver instrumentalisée, ou confondue avec d’autres services (le coaching, la thérapie, etc.) ?

Pour y répondre, nous recevrons :

– Nathalie Vallet-Renart, pour une communication sur : « Les délicatesses d’une philosophie de terrain en milieu professionnel en temps de Covid-19 »

Nathalie Vallet-Renart est doctorante en philosophie et sciences de gestion, Université Jean Moulin Lyon 3, IRPhiL, Chaire Valeurs du soin, cofondatrice de l’association Entreprise et Cancer.

– Tristan Bitsch, qui abordera : « L’intervention philosophique en organisations : pour une éthique de l’accompagnement »

Tristan Bitsch est philosophe-consultant en transition des organisations et des personnes pour Noetic Bees, fondateur et président de la Maison de la philosophie pratique.

Pour rappel : porté par une équipe de six doctorant.e.s, composée d’étudiant.e.s de l’Université Jean Moulin Lyon 3, de l’Université Paris Est Créteil, de l’Université de Picardie Jules Verne et de l’Université de Genève, le projet PhilosoField est un programme de recherche de 2 ans qui vise à constituer une communauté de recherche autour de la question du « terrain » en philosophie. Nous bénéficions du soutien du Service Général de la Recherche de Lyon 3, de l’IRPhiL, de l’ED de philosophie « Histoire, Création, Représentation » et de la Chaire Valeurs du soin.

N’hésitez pas à diffuser cette invitation autour de vous ! L’entrée est libre dans la limite des places disponibles. Inscription souhaitée à l’adresse philosofield@gmail.com.

Séance de lancement du Projet Junior PhilosoField

Au programme de cette séance de lancement :

1) 9h30-10h45 : nous proposerons d’abord une présentation de notre projet commun et des travaux des différents membres de l’équipe. Nous souhaitons que cette matinée soit particulièrement participative afin d’identifier des questionnements pertinents et des objectifs porteurs pour toutes celles et ceux qui souhaitent s’associer à ce projet.

2) 10h45-11h15 : une pause sucrée pour faire connaissance !

3) 11h15-12h30 : nous recevrons Pascal David, professeur de philosophie et doctorant à Lyon 3, qui proposera une communication intitulée « Simone Weil (1909-1943) : une philosophie de terrain ? ». Les recherches de Pascal David le portent à considérer et à interroger la philosophie comme manière de vivre – en particulier dans l’œuvre de Simone Weil. Cette dernière ne concevait pas la philosophie sans expérience de terrain, qu’il s’agisse de son travail à l’usine Alstom puis chez Renault, de son engagement auprès des Républicains espagnols ou de la France libre à Londres. Placer le début de notre projet sous l’égide de cette philosophe au statut longtemps controversé, mais qui a toujours fasciné, nous paraît être un geste fort : quel sens très particulier donnait-elle à cette (en)quête philosophique ?

INFOS PRATIQUES

Vendredi 28 février 2020: 9h30 – 12h30

Université Jean Moulin Lyon 3
1 rue de l’Université – 69007 Lyon
Salle Caillemer

Contact: philosofield@gmail.com

PhilosoField

On observe depuis quelques années une nouvelle tendance en philosophie : les travaux de recherche mobilisent de plus en plus, d’une manière ou d’une autre, l’enquête de terrain. Cette pratique est empruntée aux sciences humaines et sociales pour être mise en œuvre dans divers domaines parmi les plus dynamiques en philosophie contemporaine – à commencer par la santé, l’écologie ou les pratiques culturelles.

Ce n’est pas seulement que la philosophie se donne de nouveaux objets, mais bien plutôt qu’on rencontre le philosophe, dans sa pratique professionnelle et scientifique, dans des lieux où jusqu’alors, nous étions peu habitués à le trouver. Plus familier des bibliothèques et des salles de classe, il investit aujourd’hui volontiers des hôpitaux, des comités éthiques, des sphères politiques, des camps de personnes migrantes, des fermes, des jardins, des usines, etc.

L’interrogation philosophique a alors partie liée avec un « terrain », qui vient l’enrichir et la réorienter, ou même depuis lequel elle vient à émerger. S’opère manifestement une remise en cause d’une certaine division du travail, prépondérante jusqu’alors dans le champ scientifique, entre d’une part la production de données et d’autre part la théorisation par concepts.

On peut certes valoriser, au sein de la tradition, des philosophes qui ne cessent de travailler un sol concret, de s’ancrer dans une expérience commune : d’Épicure à Simone Weil, en passant par Diderot, Tocqueville et Marx, ce courant de pensée dépasse l’opposition entre les catégories empiristes et  idéalistes, et traverse toute l’histoire de la philosophie.

Toutefois, il faut garder à l’esprit que l’idée d’une « philosophie de terrain » sonne bien a priori comme un oxymore, étant donné que les disciplines de terrain que sont les sciences humaines et sociales se sont historiquement fondées en rupture avec l’abstraction de la philosophie, à la suite de Durkheim, Bourdieu, et Lévi-Strauss notamment.

On peut dès lors se demander comment les philosophes qui mettent en œuvre une enquête de terrain au sein de leurs travaux, tout en revendiquant leur appartenance à la discipline philosophique, qualifient leur démarche :

  1. Comment définissent-ils leur rapport au terrain ?
  2. Quels usages font-ils de l’enquête qualitative ?
  3. Quelles méthodes et outils adoptent-t-ils ?

Aussi notre projet se donne-t-il les objectifs suivants :

  1. Intégrer la diversité des objets d’enquête et des problèmes soulevés dans une réflexion méthodologique pluraliste.
  2. Faire émerger des synergies communes par le partage d’expériences issues d’horizons disciplinaires et thématiques variés.
  3. Former à la recherche par une réflexion méthodologique commune qui rompe la solitude des jeunes chercheur·euse·s en philosophie, par un véritable travail d’équipe et une dynamique collaborative au sein d’une communauté de recherche.
  4. Créer des liens et des collaborations pluridisciplinaires autour des questions de l’enquête du terrain et de la place comme de la fonction des chercheur·euse·s dans le monde non-académique.
  5. Expliciter d’un point de vue pragmatique, éthique et politique, ce que peut apporter la philosophie de terrain lorsqu’elle se met à l’écoute des praticien·ne·s et des acteur·trice·s des terrains.