Membre de PhilosoField : Margaux Dubar

Je suis doctorante contractuelle et chargée de cours à l’Université Jean Moulin Lyon 3 depuis septembre 2018. Le titre provisoire de ma thèse, préparée sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Delphine Antoine-Mahut, est : « Homo addictus. Dépendance et Chute. Pascal et Malebranche sur le terrain ».

Quel est le rapport entre ma thèse et la philosophie de terrain ?

Ma démarche de recherche est double :

1) Je mène une enquête de terrain dans un hôpital de jour et dans un groupe d’entraide, où je procède par observation participante, par entretiens et par focus groupes. Mon objectif est de découvrir les pratiques et les discours des personnes par rapport à leur(s) addiction(s), et plus précisément la manière dont elles conçoivent ce qu’on appelle le « parcours de soin ».

2) Dans une perspective d’« actualité des classiques », j’étudie le motif de la chute de l’homme dans les anthropologies philosophiques de Pascal et de Malebranche. C’est-à-dire la manière dont chacun déploie, dans sa propre conceptualité, les conséquences du péché originel sur la condition humaine, désormais marquée par une vulnérabilité et une dépendance généralisées.

Je travaille conjointement deux questions directrices :

1) En quoi les concepts des philosophies de la chute nous permettent-ils de comprendre différemment l’addiction ? Si on entreprend de soigner l’addiction aujourd’hui, c’est parce qu’on oppose le paradigme de la maladie comportementale contre la stigmatisation des personnes addictées. Mais ce n’est pas parce qu’on préfère parler de « malade alcoolique » plutôt que d’« ivrogne » qu’on arrive pour autant à le guérir… Non seulement le taux de rechute est massif après une cure, mais mon enquête révèle que le concept de maladie ne traduit pas complètement ce que vivent les personnes addictées : ne pourrait-on pas y voir une condition existentielle ?  

2) Le second résultat de cette hybridation serait l’effet en retour du terrain sur le corpus classique. Relit-on différemment le concept de divertissement ou l’argument du pari chez Pascal,  la figure d’Adam ou la faculté de la volonté chez Malebranche ? Voici comment on pourrait formuler leur projet d’écriture : concevoir une philosophie susceptible de s’adresser à l’homme qui a vécu une expérience fondamentale de chute pour l’aider à s’en relever. Cela revient finalement à restituer à ces auteurs leur public originel, plutôt que de les confiner à des usages académiques : ces textes passent-ils le test de réactualisation ? Quelles distorsions, transformations et recompositions sont induites dans leur doctrine ?

Pourquoi ai-je voulu monter Philosofield avec mes camarades ?

Notamment parce qu’au début de ma thèse, j’ai rencontré beaucoup de difficultés pour préparer et commencer mon enquête de terrain, entre les formalités juridiques, l’évaluation éthique, et la mise en conformité RGPD. J’aurais aimé faire partie d’un groupe de recherche pour en discuter et bénéficier de l’expérience d’autres étudiant·e·s également engagé·e·s en philosophie de terrain. Ce sentiment d’isolement s’est accentué quand j’ai été confrontée sur le terrain à des logiques de pouvoir et des formes d’assignations que je maîtrisais mal. C’est pourquoi je souhaite que PhilosoField devienne un lieu de partage et d’échange !

Membre de PhilosoField : Maud Benetreau

Je suis Maud Benetreau. Mon travail de recherche en philosophie consiste à étudier la façon dont un enfant est attendu par ses parents dans un contexte contemporain, à partir des textes de Spinoza et d’une enquête de terrain en maternité. Je suis inscrite en troisième année de thèse à l’Université de Paris Est Créteil, où je suis rattachée au Laboratoire Lettres, Idées, Savoirs (LIS). Je travaille sous la direction de Pascal Sévérac, qui est spécialiste de Spinoza. Ma thèse est également encadrée par Julie Henry, qui est maître de conférence à l’École Normale Supérieure de Lyon.

Quel rôle joue le terrain pour ma thèse en philosophie

Les recherches que je mène pour ma thèse de philosophie ont un double ancrage : d’un côté, les textes de Spinoza, philosophe du XVIIe siècle qui n’a pas écrit sur l’attente d’un enfant, mais dont l’anthropologie philosophique, c’est-à-dire les textes sur le corps humain, l’imagination et les passions, constituent autant d’instruments de travail pour mes recherches, à la manière d’une boîte à outils : de l’autre côté, une pratique en philosophie de terrain, qui consiste à mener une enquête faite d’observations et surtout d’entretiens dans une maternité et un centre médical lyonnais.

Il s’agit bien d’un double ancrage, au sens où mon travail ne consiste pas à prendre une pensée spinoziste « toute faite », et à l’appliquer sur des sujets contemporains. Je ne cherche pas non plus à confirmer un modèle spinoziste par des situations concrètes, ni même à illustrer les textes de Spinoza avec des situations concrètes. S’il ne s’agissait que de fournir des exemples à une pensée préétablie, l’enquête de terrain n’apporterait pas grand chose à la lecture des textes, qui resterait inchangée.

Le travail de terrain est très important dans mes recherches : non seulement pendant l’enquête, où il s’agit de prêter une grande attention à ce qu’il se passe sur le terrain, et notamment à ce qui peut arriver de surprenant, à tout ce qui peut aller à l’encontre de mes attentes et de mes idées, mais aussi au moment de la préparer, en m’informant auprès de diverses disciplines (histoire, sociologie, psychologie, obstétrique…) qui se sont intéressées au champ de la naissance. Montrer une grande attention au terrain et se familiariser avec ses enjeux permet non seulement de mener un travail honnête et rigoureux, mais aussi de faire émerger de nouvelles choses et d’enrichir ses recherches. Mais il ne s’agit pas non plus pour moi d’étudier en général ce qu’est attendre un enfant aujourd’hui en France, ni de proposer une synthèse exhaustive de tout ce que j’ai pu observer sur le terrain ou de tout ce que j’ai pu lire sur le champ de la naissance.

Ma démarche en philosophie de terrain consiste à rapprocher des situations singulières de certains textes de Spinoza, de façon à faire émerger des points de rencontre et de confrontation. Des points de rencontre, parce que frotter la pensée de Spinoza à l’attente d’un enfant peut faire des étincelles, dans la mesure où l’anthropologie spinoziste semble pertinente pour aborder des questions contemporaines qui ont trait au corps, à l’imagination et aux passions, et à leur temporalité. Mais aussi des points de confrontation : sans masquer ce qui peut achopper, il s’agit plutôt pour moi d’interroger les textes de Spinoza à partir de ce qui peut poser problème au moment de les confronter à un nouvel objet. L’idée, c’est que la rencontre entre l’anthropologie spinoziste et l’enquête de terrain ouvre un échange : prendre une perspective spinoziste permet de voir de nouvelles choses émerger du terrain, et, en retour, mener une enquête de terrain avec les textes de Spinoza permet de les relire sous un nouvel éclairage.

Ce que j’attends du projet junior Philoso Field

Créer un lieu de partage et d’échange, un espace pour rassembler des doctorantes et doctorants, des chercheuses et des chercheurs qui, tout en ayant leur propre approche du terrain, partagent un intérêt philosophique pour le terrain et ont des préoccupations analogues.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search