Le consentement dans le soin : si on osait tâter le terrain ?

Le mercredi 24 février 2021, de 10h à 13h, en visioconférence !

Les débuts difficiles de la campagne vaccinale française contre le Covid-19 auprès des résidents en EHPAD ont révélé, dans l’actualité, les complications du recueil de consentement aux soins dans le cas de personnes vulnérables, et dont l’autonomie pose problème. À cette occasion, nous souhaiterions réinterroger, au cours d’une réflexion pragmatique et critique, la notion de consentement telle qu’elle intervient dans le domaine de la santé, en valorisant la spécificité des approches philosophiques et sociologiques. Pourquoi le recueil de consentement éclairé, formalisé par les sciences expérimentales et mis en œuvre dans les protocoles soignants, nous a-t-il paru inadapté pour nos propres recherches sur l’épilepsie et sur l’addiction ? Dès lors, de quelle manière avons-nous tenté de le reconstruire au cours de nos terrains pour nous assurer que le désir de partage des acteur·trice·s et enquêté·e·s était bien compris, libre et volontaire ? Enfin à quelles conditions une telle démarche exploratoire et interactive, qui ne présuppose pas le résultat ni même la méthode de l’enquête, peut-elle être valorisée sur le plan académique ?

Pour réfléchir ensemble à ces questions, nous recevrons deux intervenantes, qui sont également membres du projet junior : 

– Brenda Bogaert : « En quête de sens pour le consentement éclairé en SHS : une discussion à partir d’un cas limite »

Brenda Bogaert est docteure en philosophie, mais aussi titulaire d’un master en sciences humaines et sociales. Sa thèse, soutenue en mars 2020 à l’Université Jean Moulin Lyon 3 sous la direction de Jean-Philippe Pierron, s’intitule : « Le patient acteur de sa vie : vers une approche collaborative avec le patient, intégration des contributions épistémiques de patients épileptiques pharmaco-résistants en France et en Chine, à travers une méthode avec les émotions et une méthode avec les capacités ». Membre de l’IRPhiL, du laboratoire S2HEP et du Projet junior « PhilosoField », elle est actuellement ATER à la Faculté de médecine Lyon Est et post-doctorante dans la Chaire « Valeurs du soin ».

– Margaux Dubar : « Quel consentement attend-on de la personne addictée ? Parcours de soin et recherche de terrain, d’après les philosophes de la chute »

Margaux Dubar, ancienne élève de l’École Normale Supérieure de Lyon et agrégée de philosophie, est doctorante-contractuelle et chargée de cours à l’Université Jean Moulin Lyon 3, membre de l’IRPhiL, de la Chaire « Valeurs du soin », et du Projet junior « PhilosoField ». Sa thèse, démarrée en 2018 sous la direction de Jean-Philippe Pierron et de Delphine Antoine-Mahut, s’intitule : « Homo addictus. Dépendance et chute : Pascal et Malebranche sur le terrain ».

L’inscription est obligatoire via le formulaire disponible à cette adresse : 

https://u-picardie-fr.zoom.us/meeting/register/tZcsdO-trTwuEtCPFdzTLIBXf5N-M9gk7eXA

Vous recevrez ensuite le lien de connexion.

Des attestations seront disponibles pour valider des crédits de formation doctorale. 

Pour toute question, vous pouvez nous écrire à cette adresse : philosofield@gmail.com.

Enquêtes en terrains religieux

Retour sur la 3ème séance du séminaire PhilosoField, le mercredi 16 décembre 2020.

Pour cette séance, nous nous sommes intéressés aux enquêtes philosophiques en terrains religieux. L’histoire politique et institutionnelle française a fait de la philosophie de la religion un champ peu développé et qui doit trouver sa place au sein d’un dialogue, d’un côté, avec les sciences des religions (qui abordent le fait religieux comme fait social et culturel), et d’un autre côté avec la théologie (qui développe une réflexion critique et constructive sur les éléments fondamentaux des croyances et des pratiques, en revendiquant l’inscription dans une tradition confessionnelle). Comment les enquêtes de terrains permettent donc de constituer une approche philosophique du fait religieux ? Quels sont les enjeux et les difficultés méthodologiques et politiques d’une philosophie en terrain religieux, à différents niveaux d’avancement des recherches ?

Pour réfléchir ensemble à ces questions, nous avons accueilli deux intervenantes : 

– Jane Cluzeau : « Appréhender le terrain en première année de thèse : réflexions, méthodes et écueils »

Nous la remercions d’avoir résumé son intervention !

– Chloé Mathys : « Outiller une philosophie empirique de la prière : enjeux de méthodes »

Nous la remercions également pour le résumé de son intervention :

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search